Les psychédéliques peuvent-ils traiter les traumatismes ?

Les psychédéliques peuvent-ils traiter les traumatismes ?

Certains composés psychédéliques se sont révélés utiles dans divers contextes, allant de l'anxiété existentielle à la dépression résistante au traitement. Les psychédéliques peuvent-ils traiter les traumatismes ?

Mais quelle est la place des psychédéliques dans la thérapie et la guérison des traumatismes ?

Dans ce billet, nous verrons si et comment certains psychédéliques peuvent aider les gens à guérir d'un traumatisme.

Nous examinerons également le domaine de la psychiatrie et des psychédéliques, ainsi que les recherches sur les psychédéliques spécifiques aux traumatismes.

Comment les psychédéliques peuvent-ils contribuer à la guérison des traumatismes ?

Bien qu'il soit prouvé que l'utilisation de psychédéliques à des fins thérapeutiques peut soulager les symptômes compliqués d'un traumatisme, il n'y a pas d'explication simple à ce phénomène.

Le cerveau humain est extraordinairement compliqué, sans parler de la complexité de la conscience humaine. Celles-ci restent hors de portée des neurosciences, de la psychiatrie et de la psychologie.

Il existe cependant d'autres facteurs psychologiques, spirituels et neurologiques qui peuvent nous aider à comprendre pourquoi les psychédéliques sont un outil thérapeutique aussi puissant. Le guide complet des Microdosage de champignons pour le SSPT, la dépression et l'anxiété

Retraitement des processus sensoriels et somatiques

Le passage de l'activité mentale à un état modifié peut permettre de traiter les événements sensoriels et corporels de diverses manières (à la fois dans l'instant présent et dans les souvenirs du passé). Il permet également de modifier nos relations avec nous-mêmes, nos expériences et ceux qui nous entourent.

Ces changements pourraient rendre les approches thérapeutiques plus efficaces.

Le traitement psycholytique et la thérapie psychédélique sont les deux types les plus fréquents de thérapie assistée par les psychédéliques. Elles procurent toutes deux diverses formes d'états de conscience altérés.

Thérapie psycholytique

Roger Sandison a créé le terme "thérapie psycholytique", qui combine l'utilisation de psychédéliques à faible dose (principalement le LSD et la psilocybine) avec des interventions thérapeutiques. (principalement le LSD et la psilocybine) à des interventions thérapeutiques.

Dans le jargon psychédélique d'aujourd'hui, on parlerait d'un programme de microdoses thérapeutiques.

Le terme "psycholytique" signifie littéralement "relâchement de l'esprit". Ces effets à faible dose permettent un relâchement des systèmes défensifs conscients et inconscients sans provoquer un trip hallucinogène complet.

Dans un cadre thérapeutique, la relaxation douce de l'esprit permet une réflexion plus approfondie. Cette stratégie a également été utilisée pour améliorer l'interaction thérapeutique entre le patient et le thérapeute. Elle simplifie le processus d'établissement du rapport et de la confiance.

Thérapie psychédélique

Le traitement psychédélique, quant à lui, consiste en un nombre réduit de séances à forte dose dans le but d'atteindre un pic psychédélique. Humphry Osmond a inventé cette expression après avoir étudié et pratiqué l'administration de doses importantes de LSD, suivies de séances de psychothérapie rigoureuses.

Cette expérience psychédélique est associée à des prises de conscience personnelles et à des épiphanies, ainsi qu'à la capacité de retrouver des souvenirs refoulés. Cette remontée de souvenirs refoulés et ces nouvelles connaissances peuvent être intégrées pour faciliter le traitement et la guérison des traumatismes dans le cadre d'une thérapie sûre et avec des ressources suffisantes.

Les états de conscience modifiés tendent à enrichir la créativité et l'inspiration, et donnent lieu à des moments de perspicacité et de résolution de problèmes surprenants, qu'ils soient provoqués par des drogues psychédéliques ou d'autres activités telles que la méditation profonde, le sommeil et le rêve.

Cette nouvelle flexibilité mentale devrait permettre de retraiter et de recadrer les idées désagréables, les souvenirs douloureux et les habitudes mentales néfastes.

Expériences mystiques

Les substances chimiques psychédéliques ont été utilisées comme moyen d'accès à des régions mystiques et spirituelles à travers les nations et les civilisations. Nombre de ces drogues créent un sentiment d'appartenance, une empathie accrue et de profonds changements de perspective sur soi-même et sur le monde.

Les psychédéliques classiques tels que le LSD procurent généralement une sensation d'unité globale, c'est-à-dire d'absence de division entre "moi" et "eux". Les psychédéliques peuvent-ils traiter les traumatismes ?

De nombreuses disciplines spirituelles s'efforcent d'atteindre ce sentiment d'unité et de connexion comme un niveau d'illumination ou de compréhension spirituelle et comme une méthode d'atténuation de la souffrance.

Pahnke et Groff, chercheurs et partisans des psychédéliques, décrivent l'"expérience psychédélique de pointe" comme une rencontre mystique profonde qui se produit en de rares occasions, pas nécessairement lors de chaque séance à forte dose.

Un sentiment d'unification, une profonde euphorie ou une humeur joyeuse, un sentiment de révélation ou de clarté. La transcendance du temps et de l'espace, un sentiment de sainteté ou de connexion profonde font partie de ces expériences.

Les expériences d'apogée sont également associées à des améliorations à long terme dans divers domaines, y compris le lien avec soi-même et les autres, ainsi qu'à une vision globale plus positive.

Une fois que les effets de la drogue se sont dissipés, il est courant de décrire un état de bonne humeur et une perspective positive. C'est ce que l'on appelle la rémanence psychédélique.

Formation de nouvelles voies neuronales

Les outils modernes de neuro-imagerie et de surveillance de l'activité cérébrale, tels que l'IRMf et l'EEG. ont permis aux chercheurs d'examiner l'activité et les changements du cerveau sous l'influence de divers composés psychédéliques.

Bien que cette étude n'en soit qu'à ses débuts, il existe de nombreuses preuves que les psychédéliques traditionnels tels que l'ayahuasca, la psilocybine et le LSD possèdent de puissantes qualités antidépressives et anxiolytiques.

Bien que cet essai se concentre sur les traumatismes, la dépression et l'anxiété sont des comorbidités courantes des traumatismes non résolus et du syndrome de stress post-traumatique. Le traitement et la gestion de ces maladies sont donc essentiels à la réadaptation des traumatisés.

Ces médicaments peuvent contribuer à réduire la tristesse et l'anxiété par diverses voies neurologiques. En voici quelques exemples :

Inhibition de l'activité dans l'amygdale

L'amygdale est une région située à la base du cerveau qui est responsable du traitement des émotions et des réactions. Les personnes souffrant de troubles dépressifs graves et de SSPT présentent souvent une hyperactivité de l'amygdale.

Les psychédéliques classiques, comme les antidépresseurs, augmentent l'inhibition de l'amygdale, rétablissant l'équilibre d'une amygdale hyperactive. Cette suppression de l'amygdale réduit également la réaction aux stimuli menaçants, ce qui pourrait minimiser l'anxiété et la souffrance lorsque l'on est confronté à des souvenirs ou des situations déclencheurs qui peuvent être très activants pour les survivants de traumatismes.

Une forte connexion dans le réseau du mode par défaut favorise la rumination négative et les schémas de pensée négatifs. La dépression et l'anxiété ont été associées à l'hyperconnectivité.

Le mode par défaut de rumination du réseau peut se manifester par des pensées persistantes d'auto-accusation, de culpabilité, d'effroi et de méfiance découlant de l'événement ou de la série d'événements à l'origine du traumatisme chez les personnes souffrant des conséquences d'une expérience traumatisante.

Augmentation de la neuroplasticité

La capacité du cerveau à s'adapter et à modifier ses connexions est appelée neuroplasticité.

Une neuroplasticité faible ou aberrante est une caractéristique physiologique des troubles de l'humeur, notamment de la dépression, de l'anxiété et du syndrome de stress post-traumatique (SSPT). Cela peut nuire à l'apprentissage et à la concentration, ainsi qu'à la capacité de recadrer les processus mentaux et de s'adapter à de nouvelles conditions.

Le stress chronique (fréquent chez les patients atteints de SSPT et chez ceux qui souffrent de traumatismes à des degrés divers) peut contribuer à des anomalies des fonctions cognitives, y compris des voies de la neuroplasticité.

En raison de leur propension à augmenter les niveaux de glutamate dans le cortex préfrontal du cerveau et les circuits du système limbique, des substances telles que la psilocybine et la kétamine ont démontré qu'elles pouvaient favoriser la neuroplasticité.

Cette capacité peut aider les patients à développer de nouvelles voies qui conduisent à de nouvelles méthodes d'adaptation et de réponse aux stimuli. Une neuroplasticité accrue peut aider les patients à développer et à intégrer de nouvelles méthodes d'auto-apaisement et de résilience, qui sont des éléments essentiels de la réadaptation.

Les psychédéliques peuvent-ils traiter les traumatismes ?

Reconsolidation de la mémoire

La reconsolidation de la mémoire est le processus de rappel et de stockage des souvenirs. Ce processus vise à garantir que les informations que nous conservons sont aussi fiables que possible.

Dans des conditions normales, cela nous aide à mener à bien nos activités quotidiennes et à nous souvenir d'apprentissages antérieurs, un peu comme une répétition ou une révision. Toutefois, lorsque des souvenirs traumatiques émergent et se reconsolident, les sensations de menace risquent de s'intensifier à mesure que le souvenir traverse les boucles de reconsolidation.

Les traitements ayant la capacité d'altérer la reconsolidation de la mémoire peuvent contribuer à la thérapie du SSPT, et diverses drogues psychédéliques peuvent contribuer aux traitements de reconsolidation de la mémoire.

Extinction de la peur

La pratique consistant à diminuer progressivement les réactions de stress face à un stimulus donné est connue sous le nom d'extinction de la peur.

La thérapie d'exposition et la désensibilisation systématique utilisent ce principe pour traiter divers troubles anxieux en exposant progressivement le patient à divers degrés de la circonstance déclenchante tout en assurant sa sécurité. Cela permet d'atténuer progressivement l'activation par le système neurologique des réactions de stress émotionnel.

Comme il a été constaté que certains psychédéliques diminuent les réactions de peur, une exposition sûre et réglementée peut améliorer les processus d'adaptation aux situations déclenchantes.
Il a été prouvé que de nombreux composés psychédéliques contribuent au processus d'extinction de la peur. Ces méthodes peuvent potentiellement aider les patients traumatisés à retrouver la capacité de réagir de manière plus saine aux souvenirs intrusifs ou aux situations déclenchantes qui peuvent interférer avec la vie quotidienne, à condition que cela soit fait de manière réglementée et sûre afin de réduire le risque de retraumatiser ou de déclencher le patient.

Quels psychédéliques peuvent aider à la guérison des traumatismes ?

Depuis son apogée dans les années 1960, la recherche sur l'utilisation des psychédéliques dans l'environnement psychothérapeutique a été confrontée à un certain nombre de défis.

Bien que nombre de ces médicaments soient utilisés depuis des décennies, voire des millénaires, l'étude scientifique actuelle et la normalisation de leur utilisation sûre ont encore un long chemin à parcourir, certains produits chimiques faisant l'objet d'études beaucoup plus approfondies que d'autres.

Voici un bref aperçu des psychédéliques les plus utilisés et les plus observés dans le traitement des traumatismes et la réadaptation.

Le LSD pour guérir les traumatismes

Dans les années 1940 et 1960, le LSD (diéthylamide de l'acide lysergique) était l'un des produits chimiques les plus étudiés et les plus examinés.

L'utilisation du LSD en psychothérapie a été étudiée et expérimentée par certains des plus grands noms du monde psychédélique depuis sa synthèse en 1938, grâce aux efforts d'Albert Hoffman.

Le LSD est bien connu pour sa capacité à retrouver des souvenirs refoulés. L'accès à l'ensemble des souvenirs douloureux était considéré comme un aspect essentiel du processus de réhabilitation dans la psychanalyse classique. Des thérapeutes tels que Groff le considéraient comme un outil permettant de confronter des expériences traumatiques antérieures et estimaient que, associé à une thérapie, il pouvait aider à récupérer et à organiser les souvenirs douloureux afin de générer une image précise, structurée et complète des événements.

De nombreux thérapeutes modernes ont aujourd'hui abandonné cette stratégie en raison du grand danger de retraumatiser et de blesser davantage le psychisme d'un patient. Si les souvenirs peuvent nous aider à comprendre et à intégrer des expériences difficiles, la répression des souvenirs accablants est une stratégie de protection de la psyché pour nous garder en sécurité, et l'accès à ces souvenirs n'est donc pas sans danger.

Les personnes qui ont subi un traumatisme (connu ou non) et qui souhaitent prendre du LSD comme forme de réhabilitation doivent le faire dans un environnement sûr, avec des outils et un soutien pour supporter et traiter l'expérience. Par conséquent, la psychothérapie assistée par le LSD est généralement dispensée sous la forme d'une séance immersive, avec les préparations essentielles et le suivi de l'intégration thérapeutique.

lsd syndrome de stress post-traumatique

Le LSD est reconnu comme un déclencheur d'expériences spirituelles ou mystiques, en plus de sa capacité à rappeler des souvenirs refoulés. Les usagers expriment généralement un sentiment d'unité et de connectivité universelle. L'expérience mystique, comme nous l'avons vu précédemment dans cet essai, peut être un catalyseur pour la guérison, et l'expérience de pointe et sa rémanence peuvent renforcer le processus thérapeutique.

Des études ont montré que le LSD atténue l'activité émotionnelle élevée dans l'amygdale lorsque des personnes sont exposées à des stimuli induisant la peur. Cette réduction de la réaction de peur peut aider à construire un cadre plus solide pour faire face à des souvenirs émotionnellement exigeants, tels que ceux qui sont entachés par un traumatisme.

Bien que la recherche sur la thérapie assistée par le LSD n'ait repris que récemment, au cours de la dernière décennie, des essais cliniques sont actuellement menés par des organisations telles que MAPS, qui a achevé avec succès son étude pilote de phase 2 montrant des résultats positifs dans la gestion de l'anxiété chez les sujets après seulement deux séances de psychothérapie assistée par le LSD.

Des études supplémentaires sont nécessaires, comme pour la plupart de ces substances chimiques, avant que ces thérapies puissent être intégrées en toute sécurité dans la pratique psychothérapeutique courante, mais des études supplémentaires sont prévues et le domaine progresse plus rapidement qu'il ne l'a fait depuis l'interdiction des années 1960. Les psychédéliques peuvent-ils traiter les traumatismes ?

La MDMA pour guérir les traumatismes

La MDMA (méthylènedioxyméthamphétamine) est appréciée dans le domaine thérapeutique pour sa capacité à atténuer les réactions de peur dans les situations déclenchantes tout en favorisant l'introspection. Par conséquent, l'utilisation possible de la MDMA dans le traitement du syndrome de stress post-traumatique (SSPT) a suscité la curiosité de la communauté psychiatrique.

La psychothérapie est la première ligne de traitement du SSPT, et il a été démontré qu'elle est plus bénéfique qu'une stratégie pharmaceutique basée sur les ISRS. Cependant, une guérison complète est difficile et n'est souvent pas atteinte.

Des études cliniques ont indiqué que plusieurs formes de psychothérapie axée sur les traumatismes, telles que la thérapie cognitivo-comportementale et les traitements par exposition, ont un taux de guérison de 67% pour les personnes qui ont terminé un cycle de traitement complet. En revanche, seulement 54% des personnes qui n'ont suivi qu'une partie du traitement se sont rétablies.

Les patients souffrant de TSPT ont montré des améliorations encourageantes dans la première étude clinique de MAPS utilisant la psychothérapie assistée par la MDMA. Après une série de doses thérapeutiques combinées à des séances de psychothérapie, 83% des individus du groupe MDMA ont montré une amélioration cliniquement significative, contre seulement 25% des individus du groupe placebo.

Si les deux groupes ont bénéficié de soins thérapeutiques de grande qualité, le groupe ayant reçu la dose de MDMA a vu ses symptômes s'atténuer beaucoup plus souvent. Ces résultats devraient à eux seuls motiver la poursuite des recherches sur l'efficacité de la MDMA dans la guérison des traumatismes.

La MDMA pour le syndrome de stress post-traumatique

MAPS a récemment achevé avec succès une étude de phase 3, qui a constitué une étape vers l'approbation finale par la FDA de la thérapie assistée par la MDMA pour le traitement des patients souffrant de stress post-traumatique.

La MDMA semble également avoir un effet sur les processus cérébraux de traitement des émotions. Les effets de la MDMA sur le cerveau semblent être les plus actifs dans l'amygdale et l'hippocampe, deux régions fortement impliquées dans le traitement émotionnel et la mémoire, selon les scans IRMf.

Cela signifie qu'elle a la capacité de modifier la façon dont les souvenirs sont perçus. En fait, sous l'effet de la MDMA, les participants à la recherche ont affirmé que les souvenirs terribles étaient moins négatifs et que les bons souvenirs étaient plus euphoriques, plus vifs et plus intenses. Il pourrait s'agir d'un outil utile pour le traitement des traumatismes et le recadrage des souvenirs.

Il a également été démontré que la MDMA stimule l'activité cérébrale frontale, qui est généralement réduite chez les personnes souffrant de traumatismes graves ou de SSPT.

La psilocybine pour guérir les traumatismes

La psilocybine, l'ingrédient principal de la champignons magiquesL'utilisation de l'acide acétylsalicylique a également été utilisée avec succès dans le traitement de l'anxiété et de la dépression.

Bien que la recherche sur l'efficacité de la psilocybine dans la guérison des traumatismes n'en soit qu'à ses débuts, des études antérieures ont indiqué que l'utilisation thérapeutique des champignons magiques augmente la neurogenèse et la synaptogenèse. L'augmentation de la neuroplasticité peut entraîner des effets antidépresseurs immédiats.

La psilocybine, comme le LSD et la MDMA, semble réduire l'activité de l'amygdale. Étant donné que les personnes souffrant de TSPT ont souvent une activité amygdalienne plus élevée, cet impact peut améliorer le contrôle nerveux et émotionnel et contribuer au processus d'intégration du traumatisme.

Les psychédéliques peuvent-ils traiter les traumatismes ?

La kétamine pour guérir les traumatismes

Bien que la kétamine ne soit pas une drogue psychédélique, son utilisation a été classée comme un traitement psychédélique en raison de ses effets comparables sur le cerveau, en particulier son impact significatif sur la neuroplasticité.

La kétamine a été étudiée dans des contextes psychiatriques depuis le début des années 2000 et a été autorisée par la FDA en mars 2019 pour traiter la dépression résistante au traitement.

La kétamine agit très rapidement et les patients observent des effets après une seule prise. Elle pénètre rapidement la barrière hémato-encéphalique et agit par le biais de plusieurs canaux de signalisation. Elle se lie principalement aux récepteurs du glutamate, qui jouent un rôle dans le contrôle de la plasticité synaptique, de la mémoire et des nouveaux apprentissages.
Comme nous l'avons vu avec le LSD et la psilocybine, l'augmentation de la plasticité synaptique peut faciliter les procédures thérapeutiques et le retraitement de situations émotionnellement difficiles.

La recherche sur la kétamine pour des raisons spécifiques aux traumatismes n'en est qu'à ses débuts. En 2014, des essais comparables à ceux évaluant l'utilisation de la kétamine pour la dépression ont révélé que la kétamine pourrait avoir un bon effet sur les personnes souffrant de SSPT confirmé, avec une rémission considérable des symptômes pouvant durer jusqu'à deux semaines.

Guérison intérieure par la kétamine

La kétamine peut également être utilisée pour cibler directement les souvenirs pénibles. Les effets de la kétamine sur la signalisation du glutamate peuvent interférer avec l'accès et le traitement de la mémoire. Plusieurs tests ont montré que la kétamine inhibe la reconsolidation de la mémoire.

Bien que la kétamine ait donné des résultats encourageants à court terme dans des essais cliniques pour le traitement de la dépression résistante. La recherche sur ce produit chimique en tant qu'aide à la réhabilitation des traumatismes en est encore à ses débuts et s'est jusqu'à présent limitée à des études animales.

Il est important de noter que l'utilisation thérapeutique de la kétamine est principalement basée sur l'augmentation rapide de la plasticité synaptique qui permet de recâbler les voies neurales ; cependant, la fenêtre de cette réceptivité intense à de nouvelles voies et connexions neurales est courte (une semaine ou deux), et les effets positifs du traitement peuvent s'estomper presque complètement si une intervention et un soutien thérapeutique adéquat ne sont pas rapidement administrés.

Les psychédéliques peuvent-ils traiter les traumatismes ?

Le DMT pour guérir les traumatismes

Le DMT (diméthyltryptamine) est utilisé comme méthode de guérison et de sagesse par les sociétés indigènes d'Amérique du Sud depuis des générations. Il joue un rôle important dans les activités spirituelles de bon nombre de ces communautés.

Dans divers contextes, les expériences de DMT sont reconnues pour leurs effets puissants, non seulement pendant la cérémonie, mais aussi pendant un mois après celle-ci.

Bien que le DMT, comme d'autres psychédéliques classiques, soit connu pour ses effets antidépresseurs et anxiolytiques, la recherche dans ce domaine est assez limitée.

Les psychiatres, les neurologues et les spécialistes de la santé mentale s'intéressent à deux types de préparation à la DMT : l'ayahuasca et le venin de crapaud bufo (5-MeO-DMT).

Le DMT, comme la psilocybine et le LSD, est un agoniste des récepteurs de la sérotonine qui a des effets antidépresseurs immédiats et qui améliore l'humeur. Plusieurs études ont montré que la participation à des rituels d'ayahuasca ou de crapaud Bufo réduisait de manière significative les mesures subjectives de la dépression.

L'ayahuasca est une boisson végétale utilisée lors de rites et de cérémonies dans les cultures indigènes amazoniennes, généralement sous la supervision d'un chaman. Bien que les cérémonies d'ayahuasca aient gagné en popularité et attiré un grand nombre de touristes dans la jungle amazonienne, les études cliniques sur leur sécurité et leur efficacité sont limitées, en partie à cause des restrictions internationales qui interdisent leur utilisation.

En termes d'application thérapeutique pour la guérison des traumatismes, on pense que l'ayahuasca affecte la reconsolidation de la mémoire et augmente l'extinction de la peur, ce qui entraîne une réduction de l'intensité des souvenirs douloureux lors de la mise à jour de la mémoire.

5-meO-DMT (venin de crapaud)

L'inhalation de 5-meO-DMT est une autre technique très répandue dans les contextes spirituels et thérapeutiques.

Le crapaud Bufo alvarius, originaire des États du sud-ouest de l'Arizona, du Colorado et de la Californie, ainsi que du nord du Mexique, sécrète un venin mortel qui est recueilli et utilisé depuis des millénaires pour ses effets hallucinogènes intenses.

Il a été démontré qu'une dose unique de 5-meO-DMT améliore considérablement les capacités de pleine conscience, en plus de ses effets antidépresseurs et anxiolytiques. Cela pourrait contribuer à la guérison des traumatismes grâce à des techniques cognitives et comportementales basées sur la pleine conscience, qui aident le patient à se décentrer de l'expérience traumatisante et à la considérer comme une expérience passée, sans se connecter à elle ou la revivre physiologiquement lorsqu'elle est provoquée.

La 5-meO-DMT, comme l'ayahuasca, est une drogue de l'annexe 1 en Amérique du Nord, et la recherche clinique sur ses effets est limitée.

Une brève histoire des psychédéliques dans les espaces de soins

Bien que la thérapie psychédélique soit de plus en plus connue dans la culture populaire, les produits chimiques altérant l'esprit ne sont pas nouveaux dans les environnements de soins. Les plantes médicinales sont utilisées depuis des millénaires pour atteindre des états de conscience modifiés et font partie intégrante des traditions culturelles depuis des temps immémoriaux.

Les Védas, un ancien recueil de littérature hindoue datant de 1500 à 800 avant notre ère, font référence au "Soma", une boisson hallucinogène utilisée dans les rites spirituels védiques. Les chercheurs ont contesté la nature réelle de cette boisson, supposant à l'origine qu'elle était préparée à partir du champignon Amanita muscaria.

Terence Mckenna affirmera par la suite que ce vieux breuvage magique était très probablement produit à partir de champignons Psilocybe cubensis, parfois connus sous le nom de champignons magiques.

Dans les anciens rituels d'initiation grecs, les jeunes hommes recevaient une boisson à base de blé infesté par le champignon Ergot, un produit chimique qui imite étroitement le LSD.

Les Amériques ne sont pas en reste. L'utilisation cérémonielle de cactus endémiques d'Amérique centrale, comme la mescaline, est attestée par des vestiges archéologiques datant d'environ 5 000 ans, et les populations locales de la forêt amazonienne sont célèbres pour leurs rites de l'Ayahuasca, une tradition attestée par des vestiges datant d'au moins 1 000 ans.

Il va sans dire que l'usage des psychédéliques a précédé leur utilisation dans les civilisations occidentales post-coloniales, mais ils se sont infiltrés dans toutes les cultures au cours des siècles précédents, et leur usage est aujourd'hui omniprésent dans le monde entier.

Mouvement de la contre-culture et changement de paradigmes

Les années 1960 ont vu l'essor du psychédélisme. La contre-culture hippie a été fortement inspirée non seulement par l'utilisation de produits chimiques psychédéliques, mais aussi par des réminiscences d'anciennes sociétés qui les utilisaient dans le cadre de leurs rituels spirituels.

La recherche mentale était en plein essor pendant cette période de changement de paradigme, avec des résultats encourageants concernant l'utilité des psychédéliques dans le traitement des problèmes mentaux.

Entre 1950 et 1967, la recherche sur les psychédéliques était florissante, avec des noms célèbres comme Timothy Leary, Richard Alpert (Ram Dass) et Stanislav Grof qui ont été les pionniers de l'utilisation des psychédéliques (principalement le LSD) en tant qu'outil puissant d'aide à la psychothérapie.

Les États-Unis interdisent les psychédéliques et la recherche sur les psychédéliques

Pendant le mouvement des droits civiques, les rassemblements anti-guerre, l'activisme de libération sexuelle et la révolte générale de la contre-culture, le gouvernement américain s'est battu contre la consommation de drogues récréatives (en particulier la marijuana et le LSD), affirmant qu'elles encourageaient la désobéissance, la violence et les dégâts.

MK Ultra était un projet de plusieurs décennies qui utilisait le LSD comme une arme de renseignement possible pour modifier l'esprit de ses cibles. Cette opération n'a fait qu'empirer les choses lorsqu'on a appris que le gouvernement injectait des innocents au hasard. Le gouvernement des États-Unis a interdit l'utilisation du LSD en 1967 et a supprimé tout financement gouvernemental antérieur pour explorer ses avantages psychiatriques.

Des pays du monde entier ont suivi l'exemple des États-Unis et le LSD (ainsi que de nombreux autres psychédéliques) est devenu une drogue de l'annexe 1, en dépit d'un nombre infime de preuves de sa nocivité.

Avec l'interdiction des substances psychédéliques, la recherche s'est arrêtée.

Efforts actuels en matière de thérapie psychédélique pour la guérison des traumatismes

Depuis le début de la guerre contre la drogue à la fin des années 1960, la dernière décennie a vu une sorte de renaissance de l'étude des psychédéliques.

La dépénalisation des drogues et le rétablissement des voies légales pour la recherche psychédélique ont permis de relancer des recherches qui avaient été suspendues.

MAPS, le Johns Hopkins Center for Psychedelic and Consciousness Study et le Stanford Psychedelic Group, pour n'en citer que quelques-uns, ont repris leurs études dans l'espoir d'améliorer les thérapies psychiatriques.

Des noms renommés dans les domaines de la santé et de la psychothérapie, comme Gabor Mate, Bessel van der Kolk et Peter Levine, sont partisans de l'utilisation des psychédéliques dans un contexte thérapeutique, et des établissements d'enseignement reconnus, comme l'Université Naropa, le CIIS, Fluence et MAPS, proposent désormais des programmes de thérapie assistée par les psychédéliques et de conseil d'intégration des psychédéliques.

WA, MT, ND, MN, SD, WY, ID, OR, NV, CA, AZ, NM, PR, GUAK, CO, KS, OK, TX, LA, AR, MO, IA, WI, MI, IL, IN, OH, KY, TN, MS, AL, GA, FL, SC, NC, WV, VA, PA, NY, VT, NH, RICT, MA, NJ, DE, MD, ME, UT, NE, DC, HI
Vous pouvez lire et connaître la légalité des psychédéliques aux États-Unis. Où peut-on acheter légalement des champignons magiques ?

Quelle est la prochaine étape pour les psychédéliques et les traumatismes ?

Comme indiqué précédemment, la recherche sur les traitements psychédéliques est généralement limitée et a encore beaucoup de chemin à parcourir. Si plusieurs études et tentatives ont apporté des preuves solides en faveur de l'utilisation des psychédéliques pour traiter l'anxiété et la dépression, peu de recherches ont été menées sur les applications de ces drogues spécifiques aux traumatismes. Les psychédéliques peuvent-ils traiter les traumatismes ?

À l'heure actuelle, la MDMA est la seule substance approuvée par la FDA en tant que thérapie innovante pour le SSPT, mais d'autres substances, bien qu'elles soient toujours utilisées dans des contextes thérapeutiques à travers le monde avec des effets prometteurs, sont à la traîne dans la recherche spécifique sur leur efficacité et leur sécurité dans la guérison des traumatismes.
Dans le monde entier, des personnes, y compris des professionnels de la santé mentale, continuent de prôner l'utilisation des psychédéliques comme moyen de découverte de soi et de guérison, et certains facilitent même les expériences guidées dans le cadre de leurs pratiques.

Des études supplémentaires sont sans aucun doute nécessaires dans ce domaine, et des groupes comme Compass Pathways, MAPS et d'autres dans le monde entier commencent à explorer les possibilités offertes par divers produits chimiques psychédéliques dans le cadre de la guérison des traumatismes.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'intérêt pour ce secteur explose et que de nouvelles recherches et activités commencent à réagir.

Faq

  1. Qu'est-ce que les psychédéliques et comment peuvent-ils être utilisés pour traiter les traumatismes ?

    Les psychédéliques sont des drogues qui modifient la perception, les idées et les émotions. Selon la recherche, l'utilisation réglementée et supervisée de psychédéliques comme la MDMA et la psilocybine lors de séances de thérapie peut aider les gens à traiter et à guérir de leurs traumatismes. Ces drogues, lorsqu'elles sont utilisées sous la supervision d'un expert, peuvent permettre une étude plus approfondie des événements traumatiques.

  2. Que dit la recherche sur les psychédéliques et la thérapie des traumatismes ?

    Les recherches scientifiques sur le potentiel des psychédéliques dans le traitement des traumatismes ont donné des résultats encourageants. Lorsqu'elles sont administrées dans un cadre thérapeutique, certaines recherches montrent que les substances psychédéliques aident à soulager les symptômes du syndrome de stress post-traumatique (SSPT), de la tristesse et de l'anxiété. Toutefois, d'autres études sont nécessaires pour déterminer leur efficacité.

  3. Est-il légal d'utiliser des psychédéliques pour le traitement des traumatismes ?

    Le statut juridique des psychédéliques varie selon les pays et les régions. Ces substances chimiques sont interdites dans certains pays, mais ont été décriminalisées ou autorisées dans d'autres à des fins médicinales ou thérapeutiques. Avant d'envisager les psychédéliques comme option thérapeutique, il est essentiel d'examiner les lois et les restrictions locales.

  4. Qui peut bénéficier de la thérapie psychédélique assistée ?

    La thérapie psychédélique pour les traumatismes est généralement envisagée pour les personnes qui n'ont pas bien réagi aux traitements traditionnels, tels que la thérapie par la parole ou les médicaments. Cependant, tout le monde n'est pas un bon candidat. Un thérapeute qualifié évaluera les antécédents de santé mentale de la personne et son état actuel afin de déterminer si la thérapie psychédélique est une option viable.

  5. Quels sont les risques potentiels et les effets secondaires de l'utilisation de psychédéliques dans la thérapie des traumatismes ?

    Si les psychédéliques peuvent offrir des avantages thérapeutiques, ils ne sont pas sans risques. Les effets secondaires possibles comprennent les hallucinations, l'anxiété et même des réactions psychologiques indésirables. Ces substances ne devraient être utilisées que sous la direction de thérapeutes formés et dans un cadre contrôlé afin de minimiser les dommages potentiels.

Laisser un commentaire

fr_FRFrench